Rabobank investit dans son capital humain

Marc de Jong, COO de Rabobank : “Un investissement dans l’aménagement des locaux constitue aussi pour nous un investissement social. Les nouveaux locaux ont pour objectif de mettre notre culture et nos valeurs en avant et de témoigner d’un nouveau départ“.

« Investir dans l’aménagement des locaux est un investissement social »

Le nouvel aménagement du siège principal de Rabobank Belgique en dit long. The Village est le point de rencontre central, un endroit branché et accueillant qui représente bien plus qu’un simple réfectoire. Les pièces fermées se comptent sur les doigts de la main. Vous trouverez ça et là des coins douillets où les collaborateurs s’isolent ou s’entretiennent discrètement. Des lieux symboliques d’Anvers sont affichés aux murs comme le MAS (Museum aan de Stroom). Les salles de réunions se nomment Eilandje, Steen, Lange Wapper…

Aucun doute possible, vous vous trouvez bien dans une organisation chaleureuse, locale et tournée vers l’avenir. Cet intérieur est donc pourvu d’un message. Voilà exactement l’objectif de la direction de Rabobank.

Mise en valeur de la culture d’entreprise

En plus des bureaux, l’esprit d’entreprise avait également besoin d’un renouveau. « Notre secteur naviguait dans des eaux troubles ces dernières années », explique Marc de Jong, COO de Rabobank. « Après la crise bancaire, notre image a pris un sacré coup. Et l’automatisation nous pousse à faire des économies. Tous ces facteurs provoquent un malaise et une inquiétude au sein du personnel. »

Pour cette raison, la direction de Rabobank a voulu que le nouvel aménagement des locaux représente plus qu’un relooking facultatif. Marc de Jong : « Un investissement dans l’aménagement des locaux constitue aussi pour nous un investissement social. Les nouveaux locaux avaient pour objectif de mettre notre culture et nos valeurs en lumière et de témoigner d’un nouveau départ ».

Implication par la codécision

Pour mener ce projet à bien, Rabobank a directement considéré ADMOS comme le partenaire idéal. Anthony Shaikh, CEO : « Nous sommes également convaincus qu’un aménagement des locaux doit refléter la culture de l’entreprise. »

Qui détermine la culture d’entreprise ? « ADMOS ne voulait pas que la décision soit imposée par les dirigeants », déclare Anthony. « Nous avons ainsi proposé de nommer douze ambassadeurs parmi leurs collaborateurs, afin qu’ils participent aux décisions liées au projet. Cette initiative a été un coup de maître. »

Une meilleure ambiance de travail

Il semble qu’il existe réellement une sorte de culture Rabobank. En effet, les ambassadeurs ont rapidement trouvé un terrain d’entente à propos du meilleur projet. Ils ont même suggéré de renforcer le style anversois de l’agence.

« Il y avait bien sûr de la méfiance chez certains collaborateurs », explique Peggy Van Autreve, Head IT & Facilities Rabobank. « Celle-ci s’est immédiatement envolée au moment de la proposition du résultat final. Tout le monde a voulu déménager le plus vite possible. L’espace semble plus vaste qu’auparavant, malgré les 20 à 70 personnes par étage. The Village est beaucoup plus fréquenté que notre ancien réfectoire. Il y a également plus de contacts interpersonnels, également entre les différents départements. »

Marc de Jong conclut : « En termes de confort et d’ergonomie, l’aménagement de nos locaux a fait un bond du 18e au 20e siècle. Et notre culture d’entreprise est à nouveau fidèlement exprimée. On sent également que l’ambiance s’est améliorée grâce à cela. C’est exactement ce que nous avions imaginé, grâce à la collaboration étroite et souple avec ADMOS. »

Toutes les photos du projet sont disponibles ici. 

Leave a Reply